Étiquette : quinqua

Histoire 1… 49 ans

49 ans…

Demain j’ai 49 ans. DEMAIN pétard j’ai 49 ans !!!

Déjà… Enfin 49 ans dans mon corps parce que dans ma tête, on est bien d’accord et comme vous surement : ça dépend vraiment des jours et des moments, j’oscille bien entre 15 ans (parfois) et 40 max.

Cette année, je n’avais pas vraiment prévue de fêter mon anniv mais l’occasion a fait que si. Et même pendant tout un week-end avec une soirée 100% copines le vendredi et une soirée mixte le samedi.

Du coup, je suis un peu excitée par l’organisation car cela aura lieu dans ma maison de campagne. Car oui j’ai une jolie maison de campagne (de famille). Un endroit de dingue, de rêve à seulement 1h30 de chez moi en ville.

Minuit et demi et je tourne et retourne dans mon lit. Le sommeil n’est pas au rendez-vous.

Je me lève, ( « tu ne te réveilles pas… lalala », vous l’aviez en tête aussi ? ) je m’ausculte et me scrute de près dans ma glace.

Toujours commencer par le positif. Alors : Seins, jambes, chicots ok.

Cellulite : merci le confinement. Je n’ai pas échappé à la règle des +3kg en moyenne/français.

Ventre : pffff  bien rond & bien dodu… Comme une grossesse de 5 mois alors que je ne suis pas du tout dans ce cas-là.

Qu’est-ce que je vais mettre ce week-end comme tenue? Une robe, un jeans ? Et dans quoi je rentre encore ? Et si j’essayais tout mon placard ? Quelle bonne idée.

1 heure plus tard, le constat :

  1. J’ai beaucoup de pantalons.
  2. Je suis boudinée dans presque tous.
  3. Je n’ai plus beaucoup de robes sympas.
  4. J’ai vraiment pris du bide et pas que.

Soudain, je me rappelle de cet achat post accouchement : une gaine ! Une horrible gaine couleur chair. Pétard où est ce que je l’ai mise ? Je farfouille presque frénétiquement  dans mon tiroir à sous-vêtement. Bien au fond, bien cachée, je mets la main dessus. Hummm… Encore plus moche que je l’avais en mémoire.

2h du mat et me voici en train de l’enfiler. Je me scrute de nouveau dans le miroir. « Oh mon dieu… c’est vraiment hideux et pas sexy pour un rond ».

J’en ris même.

3h du mat. Je cogite. « Bon ben ma vielle, on ne va pas y aller par 4 chemins. Dans 1 an, c’est 50, donc il te reste 365 jours pour soit faire ce qu’il faut (comme arrêter de boire des canons, arrêter les apéros et me bouger les fesses sérieusement), soit lâcher l’affaire et basculer définitivement dans un corps de + en +… pulpeux et mou on va dire. »

7h. J’ai dormi mais pas assez. Et cette pensée en tête qui tourne boucle.

Une année pour me préparer à franchir ce cap… Une année pour prendre de nouvelles habitudes plus saines. Une année pour… c’est bon stop.

Cela ne va pas être facile. Avec les années, on s’améliore certes beaucoup intérieurement et plus difficilement extérieurement (à la différence du bon vin qui lui s’améliore tout court avec le temps).

Ce n’est pas juste, les mecs vieillissent parfois mieux que nous, et en plus, nous, les femmes, devons doubler d’effort pour garder un petit corps svelte. Merci les hormones aussi. Elles nous feront vraiment schmir toute notre vie celles-là.

Je ne vais non plus bloquer là-dessus.

J’ai 49 ans, je suis heureuse, en bonne santé et avec une réelle envie de profiter de ma vie et de continuer à me marrer. J’ai les 2 pieds qui touchent le sol. J’ai du boulot, un appart et des gens que j’aime atour de moi.

Le reste, à moi de le mettre en place.

1 an et on verra.

À suivre donc… mais pas que des histoires de gaines et de kilos en trop. La vie ne se résume pas qu’à ça. N’est-ce pas ?

L’histoire 1 ne dit ce que j’ai porté ce week-end là comme tenue, ni si j’ai mis cette vilaine gaine… très moche certes mais un peu efficace tout de même.

Et vous ce cap, vous l’avez déjà passé ? Bien passé ? Vous l’appréhendez ?